Retour

Quelles espèces utiliser pour le génie végétal aux Antilles ?

Solutions alternatives au génie civil pour la stabilisation des berges de cours d'eau, les ouvrages de génie végétal sont encore peu nombreux aux Antilles, alors que la richesse de la flore locale représente une ressource potentielle. Comment promouvoir et développer ces techniques ? Après une compilation bibliographique des expériences antillaises en génie végétal, cet article propose une méthode pour identifier les espèces locales pertinentes à utiliser pour lutter contre l’érosion des berges de cours d’eau.

Posté le 01-01-1970 | 00:01

Retour

L’artificialité d’une zone tampon humide, un obstacle à sa protection juridique ?

Implantées dans des régions agricoles de cultures intensives et drainées, les zones tampons humides artificielles ont démontré leur efficacité pour restaurer la qualité de l’eau et recréer des îlots de biodiversité. Dans le cadre du programme de recherche Brie’Eau, les chercheurs se sont intéressés au cadre légal applicable à la protection de ces zones artificialisées, et ont analysé comment les outils juridiques disponibles pouvaient être mobilisés pour que leur statut évolue vers un statut de zone humide et qu'elles bénéficient d'une protection renforcée.

Posté le 01-01-1970 | 00:01

Retour

Mutualiser les enjeux territoriaux en contexte de grandes cultures : INSPA, un outil SIG couplant hydrologie et écologie

Les zones tampons humides artificielles installées en région agricole drainée sont efficaces non seulement pour améliorer la qualité chimique de l’eau, mais également pour maintenir la biodiversité locale et la diversité du paysage. Partant de ces constats, les chercheurs d’INRAE ont créé l’outil d’analyse spatiale INSPA (INsertion SPAtiale), qui en croisant les informations sur les fonctions hydrologiques et écologiques d’un territoire permet de sélectionner les sites d’implantation de zones tampons humides artificielles en vue de constituer une mosaïque paysagère favorable à la biodiversité.

Posté le 01-01-1970 | 00:01

Retour

Biodiversité et services écosystémiques des zones tampons humides artificielles de Rampillon (Seine-et-Marne)

Concilier les enjeux eau et biodiversité  dans les régions agricoles est un enjeu majeur pour les acteurs des territoires. À partir d'une expérience menée en Brie Nangissienne, où des zones tampons humides artificielles ont été créées pour favoriser la dégradation naturelle d'une partie des contaminants présents dans les eaux agricoles issues des collecteurs de drainage, les auteurs de l'article nous démontrent que ces dispositifs sont également un moyen de recréer des espaces propices à la biodiversité et de fournir plusieurs services écosystémiques.

Posté le 01-01-1970 | 00:01

Retour

Qualité de l'eau et écotoxicologie des zones tampons humides artificielles de Rampillon (Seine-et-Marne)

Dans les régions de grandes cultures, la préservation de la qualité de l’eau passe par la réduction des pollutions diffuses d’origine agricole. En Seine-et-Marne, des chercheurs d’INRAE et des acteurs du territoire de la Brie Nangisienne ont travaillé à la mise en place de zones tampons humides artificielles qui par l’action combinée du soleil, des bactéries et des plantes ont permis la dégradation naturelle des pesticides et des nitrates interceptés dans les eaux de drainage. Les premiers résultats encourageants montrent l’efficacité de ces solutions fondées sur la nature complémentaires d’actions visant à diminuer l’usage des produits phytosanitaires.

Posté le 01-01-1970 | 00:01

Retour

Le démantèlement des ouvrages hydrauliques - Éléments de réflexion à partir du contexte nord-américain

En France, le démantèlement des ouvrages hydrauliques dans le cadre d’opérations de restauration écologique des cours d’eau est souvent à l’origine de débats et de conflits entre les différents acteurs du territoire. À partir de l’étude du contexte nord-américain, qualifié d’exemplaire en matière d’accompagnement d’opérations de démantèlement, l’auteur apporte des éléments constructifs pour améliorer les pratiques en France et participer à une pacification des relations entre les différentes parties prenantes de la controverse.

Posté le 26-01-2021 | 08:01

Retour

La biologie de la conservation doit-elle prendre en compte les paysages odorants ?

Les organismes vivants et la matière organique en décomposition libèrent dans l’atmosphère une grande diversité de composés organiques créant ainsi des paysages olfactifs servant de repères aux espèces au sein de leur milieu. Mais de nos jours, les activités humaines produisent elles-aussi d’innombrables composés odorants sans que nous n’y prenions nécessairement garde du fait de notre faible utilisation de l’odorat. Ces modifications anthropiques des paysages odorants affectent-elles le fonctionnement des écosystèmes ? Le cas échéant, comment est-il possible d’y remédier ?

Posté le 23-01-2021 | 20:01

Retour

Biodiversité et services écosystémiques des zones tampons humides artificielles de Rampillon (Seine-et-Marne)

Concilier les enjeux eau et biodiversité  dans les régions agricoles est un enjeu majeur pour les acteurs des territoires. À partir d'une expérience menée en Brie Nangissienne, où des zones tampons humides artificielles ont été créées pour favoriser la dégradation naturelle d'une partie des contaminants présents dans les eaux agricoles issues des collecteurs de drainage, les auteurs de l'article nous démontrent que ces dispositifs sont également un moyen de recréer des espaces propices à la biodiversité et de fournir plusieurs services écosystémiques. 

Posté le 04-01-2021 | 09:01

Retour

Point de vue - La recherche de l’efficience maximum de l’eau, un objectif à ne pas déconnecter d’une vision intégrée du système de production

Le goutte-à-goutte, et plus encore le goutte-à-goutte enterré, sont des techniques particulièrement plébiscitées pour irriguer les cultures dans les régions où la ressource en eau est une contrainte majeure. Pour autant, comme en témoigne François Gontard de la société BRL Exploitation, le seul fait d’installer ce matériel n’est pas un gage d’efficience maximale de l’eau et seuls des irrigants pointus sauront en exploiter le potentiel. 

Posté le 28-11-2020 | 18:11

Retour

Efficience de l'irrigation et économie d'eau : effet d'échelle et effet rebond

Améliorer l’efficience de l’eau d’irrigation dans les exploitations agricoles présente de nombreux avantages tant sur les plans économiques qu’environnementaux. Cependant, comme le démontre l’auteur de cet article, cela peut induire des effets négatifs, dont notamment des « effets rebonds » bien connus dans le domaine des économies d’énergie, qui peuvent induire en erreur les politiques visant à accroître la disponibilité de l'eau à l'échelle des bassins versants.

Posté le 28-11-2020 | 18:11

Retour